Marie-Agnès Hallé

20 janvier 2022

Alexandre Delano

Alexandre Rochon est un personnage dans le paysage pop français et son nom restera dans l'histoire de la musique indépendante. Fondateur du Delano Orchestra, le musicien auvergnat œuvre pour la culture musicale depuis des années. Ami de Jean-Louis Murat, il l'accompagne sur scène avec son orchestre de musiciens et travaille aux arrangements du disque Babel, entre autres.

Alexandre travaille main dans la main à la programmation de la salle de concert de Clermont Ferrand, la Coopérative de mai. Parallèlement, il signe et produit de nombreux projets, groupes, musiciens en créant et conduisant son label Kütu Folks Records. Les français l'ignorent mais ce label Kütu fondé en 2006 est connu dans le monde entier par les amateurs de pop, Alexandre ayant travaillé comme un orfèvre à la réalisation de son label.

Le Delano Orchestra, composé d'Alexandre Rochon (guitare, banjo), Julien Quinet (trompette), Guillaume Bongiraud (violoncelle), Matthieu Lopez (guitare électrique), Christophe Pie (batterie), Thomas Dupré (basse), signe quatre albums : A Little Girl, a Little Boy, and All the Snails They Have Drawn (2008), Will Anyone Else Leave Me (2009), Now That You Are Free My Beloved Love (2010), Eitsoyam (2013), Nibtu (2016). Avec Jean-Louis Murat, paraît Babel (2014) et avec l'écrivain Philippe Toussaint, la conception du spectacle "Cycle de Marie".

Alexandre Rochon avant de créer son label et de conduire le Delano Orchestra, est diplômé de Droit du patrimoine historique et culturel. En 2021, il est récompensé pour toute sa belle énergie et générosité depuis des années en devenant directeur de la Scène de musiques actuelles (Smac), nommé au poste par le ministère de la culture en juillet dernier. Excellent choix.
L'artiste auvergnat peut ainsi poursuivre son ouvrage pour le bien de la musique actuelle française.

Maestro à la production musicale, à la réalisation de vidéos musicales, à la direction de son label musical, Alexandre est avant tout un artisan. Véritable musicien et grand mélodiste, c'est sous le pseudonyme Alexandre Delano qu'il nous offre en mars 2017, le magnifique album " l'eau" et en juin 2021 suit le grandiose "Ven Ven Ven".

Chantées en français, ses chansons sont modelées comme des pierres précieuses pop. Elles font voyager et rêver, en comblant nos oreilles d'harmonies délicates, progressives et alternatives. Trompettes, piano, guitares et banjo accompagnent les titres qu'Alexandre, inspiré, interprète avec une classe infinie. Les dix chansons sont chacune somptueuses, stylées de mots choisis sur des partitions chamarrées.
Alexandre Delano capture les émotions et l'attention avec Ven Ven Ven, mémorable.

AlexandreDelano

Posté par marieagneshalle à 19:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


10 janvier 2022

Marc Desse

Depuis 2011, Marc Desse signe ses compositions en solo. Étant allée à ses tout premiers concerts, convaincue par son talent, je suis depuis 2010 le parisien Marc Desse qui explore la musique de manière contemporaine, composant des chansons griffées eighties et sixties. C’est en 2009 qu'il apparaît, leader du groupe Theatre Metamorphosis.
L’ep, Tout le Monde n'est pas Autorisé, est un panel panaché de sons faisant penser à New Order, à Lloyd Cole ou encore au groupe français, Gamine. Le trio offre des textes citadins, modernes, dans un français imagé et inspiré. Les trois aiment jouer sur scène, sont convaincants et ont séduit le public des scènes underground.
Leurs titres sonnent rock, pop, avec quelques pointes punk et mods. Le chant de Marc est d’une belle classe brute, avec des intonations limpides et vives. Les guitares taquinent guillerettes, dansantes et puissantes, quand la basse se dandine au rythme de la batterie endiablée.

Il y a 10 ans, Marc propose ses titres sous son propre nom, griffant son premier single Les garçons de l'hiver sorti en avril 2011, suivi de Petite Anne.
L'album en or pop, Nuit Noire, paraît en 2014 avec des claviers et des guitares efficaces qui suivent le grain de voix twee-pop de Marc. Guitariste grandiose et interprète à la présence charismatique sur scène, j'assiste au concert de la Flèche d'or où l'auteur-compositeur est entouré d'invités pour jouer ses chansons.
Avec Gaël Étienne aux claviers et à la guitare, Erik Maluchnik à la basse, Marc Desse part à Détroit enregistrer le titre Griffith Park.

Après un semi long silence de plus de cinq ans, le musicien revient avec un véritable chef-d'œuvre orné de son style et de sa personnalité. Ce silence aura été entrecoupé de la participation de Marc à l'album hommage à Yves Simon, Générations Eperdues, paru en juin 2018 et sur lequel 19 artistes français revisitent les chansons de Simon à leur guise. Marc reprend Petite fille p'tite misère avec élégance et talent.

L'album nommé Marc Desse sort l'été 2021 garni de pépites pop éclatantes de panache.
Plein de romantisme moderne, le disque offre des escapades rythmées à Paris ou en bord de mer, au tempo velouté offert par les guitares. Du début à la fin, Marc brille par son interprétation délicate et ses instrumentations pop garnies de cuivres, de congas et de violoncelle. Si tu veux est composé à quatre mains avec Frédéric Lo et la chanson Je t'adore, avec la complicité d'Antoine Rault.
La synth-pop du titre Les étoiles rend hommage à la capitale, comme Paris je t'aime. Le soleil, la nuit, la musique et l'amour sont les thèmes mis en musique avec une classe et une inspiration infinie.
Chez Marc, il y a une fibre poétique, écorchée, façon Miossec, Daniel Darc et un panache sensible à la manière du groupe Marquis de Sade et d'Etienne Daho.
Marc Desse nous offre une recette magique d'amour sans peau d'âne et sans masque d'âne à savourer en boucle.

MarcDesse


Posté par marieagneshalle à 13:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 janvier 2022

North Atlantic Explorers

Glenn D’Cruze de Vancouver est un artiste multiple, auteur, compositeur et multi-instrumentiste qui commence par faire ses armes en accompagnant d'autres groupes à la batterie. Cette première expérience l'a emmené sur les routes où les tournées, festivals, américains et européens étaient partagés avec notamment Neil Young, The Velvet Underground, Lemonheads, Sonic Youth etc. Puis quittant un temps la batterie, il s'est mis à écrire des chansons à la guitare et l'idée du travail en solo à germé. Perfectionniste, il décide de se lancer dans la création en ayant en tête un objet élaboré et réfléchi. North Atlantic Explorers, le nom qu'il choisit comme alias ne tient pas du hasard. Fils de militaire de la marine, il est passionné de cartes géographiques, subjugué par l'Atlantique, l'Arctique, la magie de sa froideur et de ses brumes où son père a fait toute sa carrière en mer au sein de la British Merchant Navy. A ses côtés, il y a son ami co-producteur Jonathan Anderson qui peaufine le travail de composition signé à 100% par Glenn D'Cruze qui part pour l'aventure en 2005 avec l'opus de 15 titres Skylines.

Sur ce fabuleux premier disque, outre ses compositions orchestrales pop incroyables et majestueuses, Glenn s'offre deux reprises, Tonight you belong to me jouée par Steve Martin au ukulélé dans le film The Jerk et I Will Not Leave You Alone de Lloyd Cole. Skylines arrangé de cuivres, ensemble de cordes, glockenspiel, banjo, guitares, basse, piano et orgue est un sucre d'orge pop.

C'est à l'écoute de Yo La Tengo que le capitaine Glenn est pris de l'envie d'écrire sa propre musique et ce fan de Wilco, Hayden, Sufjan Stevens, New Ordre, House of Love, Lloyd Cole, Galaxie 500, Teenage Fanclub, Josh Rouse, Burt Bacharach, Mark Kozelek, Amor de Días, Belle & Sebastian ne peut que kidnapper mes oreilles.

En Octobre 2014, North Atlantic Explorers signe un album concept magistral, surement la meilleure production et inspiration de l'année nommé My Father Was A Sailor. Comme son nom l'indique, le disque rend hommage au père de Glenn, William D'Cruze qui est tragiquement décédé quand l'album était en cours de création. L'album a donc connu un déroulement non prévu, modifié en son cœur, il présente des chansons écrites avant et celles tristement conçues après ce départ qui évoquent la mer, la vie de son père et sa "seconde vie" de manière poétique. Évidemment, les chansons sont poignantes et fort touchantes. Sur le plan de la composition, My Father Was A Sailor est un petit chef d'oeuvre pop orchestré avec des instruments à vent, à cordes, toujours coproduit avec Jonathan Anderson, enregistré avec une chorale de 14 personnes, et Glenn lui-même y assure les guitares, batterie, piano et basse.
Les mélodies royales de My Father Was A Sailor sont agrémentées de textes lus par son ami écossais Stuart David du groupe Belle & Sebastian et de la reprise magnifique South signée des Pipas (Mark Powell & Lupe Núñez-Fernández).

Son père basé à Glasgow pour la British Navy dans les Merchant Marines, a voyagé sur les mers de l'Arctique depuis divers navires. Juste après sa disparition en 2014, Glenn a ressenti le besoin de voguer dans le sillage de son père, en embarquant à Glasgow sur un cargo au large des côtes anglaises en direction de l'Islande. C'est en pleine mer que la belle inspiration de All The Ships At Sea vient ; le nom de l'album va de pair avec les 12 mélopées portant chacune le nom d'un navire où son père est monté entre 1952 et 1958, dans l'ordre exact de sa carrière d'ingénieur à bord. L'aventure commence avec le majestueux Martaban, titre correspondant aux expéditions sur le SS Martaban en 1952.

L'album enregistré paraît le 27 octobre 2015. North Atlantic Explorers offre un album à l'esthétique musicale toujours aussi remarquable. A l'écoute de All The Ships At Sea qui suit l'album de 2014, My Father Was A Sailor, on lève l'ancre, on prend la mer, on prend un bain de souvenirs. Toutes ces superbes mélodies immergeant les oreilles, font 'touché-coulé', parce qu'on reçoit aussi la cascade merveilleuse d'instruments à vent et à cordes comme une caresse pleine d'embruns. Tel un grand navigateur, Glenn signe 13 instrumentaux finement orchestrés et arrangés.

L'album All The Ships At Sea nous envoie des cartes postales de 1.50 à 3 minutes, nacrées et iodées, racontant le voyage sur les mers qui fait suite aux aventures héroïques, narrées dans My Father Was A Sailor. Les deux albums se suivent, se complètent et forment deux volets musicaux d'envergure.

North Atlantic Explorers fait un retour sur la terre ferme le 7 janvier 2022 avec le disque Night Owls que je savoure en avant première. Les amateurs de pop indépendante peuvent d'ores et déjà le commander, c'est un cadeau assuré.
Pour donner envie de se plonger dans l'objet garni de neuf chansons sculptées de pop saupoudrée de tambourin, de shaker, de wurlitzer, d'harmonium, de saxo, d'orgue et de clochettes, Glenn nous convie à deux singles en guise d'exorde dansant.
Le premier single, Skyway, est une reprise du groupe des années 80 The Replacements sur lequel l'oncle de Glenn, Colin Crawford, l'accompagne à la guitare, comme son fidèle contributeur à North Atlantic Explorers, Jonathan Anderson et la chanteuse Devon Sproule. Le deuxième single est un titre parfumé de l'esprit de Noël, Beneath the Light of the Moon et le titre qui ouvre Night Owls.
A ce jour, Glenn D'Cruze est en tête dans la liste des auteurs compositeurs de mélodies pop intemporelles et brillantes.

NorthAtlanticExplorers



Posté par marieagneshalle à 17:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 décembre 2021

Yan Wagner

Auteur-compositeur, interprète, DJ et producteur d'origine américaine, Yan Wagner naît et grandit à Paris. Son univers artistique est d'une belle sobriété et d'une élégance parfois glaciale que j'apprécie beaucoup. En parallèle de son travail de création, il a aussi une casquette de réalisateur (Calypso Valois). Wagner n'est pas le roi des chatouilles, mais sa musique dégaine du plaisir par son tempo disco, par sa sobriété synth-pop dans les arrangements, sa quête de style, réconfortante.

Au-delà de ses créations et de ses inspirations, il s'offre quelques fois des hommages bien léchés et qui vont comme un gant à son timbre de voix bariton, tels que ceux à Franck Sinatra et Lee Hazelwood. Son domaine de prédilection est la musique électronique aux accents new-wave, peaufinée d'instruments. Il apparaît en 2012 avec un premier album nommé Forty Eight Hours qui nous emmène sur les sentiers de la pop-coldwave dès l'attaque On her Knees, suivi de Le spleen de l'officier jusqu'à Follower en passant par un titre signé d'Etienne Daho The Only One. La flamme inspiratrice ne s'éteint pas chez Wagner qui signe un deuxième fabuleux disque en 2017 This Never Happened. Yan Wagner semble droit arrivé de la lignée Factory.

Dance, pop, cold, le son électronique de Yan Wagner est soyeux. Quand s'ouvre This Never Happened, l'envie de danser est saisissante. Le tempo est dressé, on est servi. La limpidité des claviers et la fluidité de la mélodie se mélangent pour créer une symphonie synthétique délicieuse.

Le 3 septembre 2021, Yan Wagner signe un superbe Couleur Chaos qui lui ressemble : chanté en français et en anglais. Avec onze titres efficaces et ciselés, Wagner garde une fibre proche de Kraftwerk, Cabaret Voltaire, des Orchestral Manoeuvre in the Dark et une rythmique à la Jacno et Talking Heads, frivole, clinquante façon Bauhaus. Le chant de Yan habille les notes musclées avec une classe sautillante.

Fourni de claviers enthousiastes et de mots sarcastiques parfois moqueurs parfois séducteurs, le disque a comme fil conducteur le leitmotiv des 'malentendus'.
Le monde sensible et sensuel de Wagner est libellé dans Couleur Chaos. Les mélopées prises une par une contiennent toutes la personnalité du musicien, tant dans les accroches new-wave alternatives que dans l'interprétation. Yan Wagner et son tambourin mutin nous invite à l'humour, à la nostalgie (hommage à John Fante sur Demande à la poussière), à la chaleur maternelle (Des cieux plus cléments), à la séduction (Brise Glace) et à la mémoire (Souvenir détail).

La riche disco-pop sur le grain de voix millésimé de Yan Wagner galopent brillamment sur Couleurs Chaos qui interpelle et absorbe les méninges pour leur proposer un instant de grâce dansante et nacrée d'harmonies.

YanWagner


Posté par marieagneshalle à 09:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 décembre 2021

Jason Bourgeois

Admiratrice fondue de Jason Bourgeois depuis vingt ans, l'artiste ne cesse de créer des mélopées merveilleuses.
Je l'évoque il y a quelques années dans des chroniques quand il joue au sein de son premier projet Bourgeois Heroes :

"Depuis 2002, les Bourgeois Heroes, Elise Nacca à la batterie et parfois à la guitare, Jason Bourgeois, au chant et guitare cuisinent des mélodies pop psychédéliques qui peuvent faire penser à un mariage entre la fraîcheur excentrique des gallois de Euros Child, de Gruff Rhys et l’inspiration des Beach Boys.
Tous les deux écrivent et co-opèrent leurs mélopées à distance, Elise vivant à Austin et Jason à Northampton. Aimant faire résonner les cordes tous les deux, fans de van dyke parks, ils signent des EP depuis dix ans et ne cessent de créer une pop baroque ravissante, de s’amuser au clavecin et au clap-hands dans une ambiance joyeuse et élégante sur Come out and Play with Bourgeois Heroes en 2007, Musical Postcards en 2010, Olé​/​Hola en 2011 et Fleur de Lys & Me en juillet 2013."

Jason aime et est imbibé des Monkees, Harry Nilsson, Paul McCartney et des Beach Boys. Signé sur le label label February Records comme son ami auteur-compositeur Henning Ohlenbusch, les deux musiciens travaillent ensemble depuis des années. Jason a greffé à son CV en 2009 un autre groupe, The Novels offrant l'album Paper Cliché sur lequel joue Mike McLellan de Beach Honey.
Jason Bourgeois originaire de Northampton, Nouvelle-Angleterre, après 10 ans avec ses Heroes part trotter en solo pour nous concocter une superbe production de six titres nommée Jason Jr.

Sur cette pépite Jason Jr de mai 2015, le ménestrel pop-psyché américain se rapproche davantage de ses influences, Zombies, Beach Boys, Beatles et Kinks. A l'écoute de ces six fabuleux morceaux, on jerke et on twiste.
Jason a un don naturel pour l'écriture et la composition, tout en saupoudrant ses divines mélodies de textes galbés et d'arrangements baroques, typés sunshine-pop. Pour l'accompagner à l'enregistrement, son ami Henning Ohlenbusch l'accompagne aux claviers et à la basse, Ken Maiuri est aux claviers, xylophone et basse, Brian Marchese aux percussions et batterie et Ryan Quinn à la guitare.

Suivent les singles Falling like Dominoes en 2017 et Let me into your life en 2020.

La cavalcade de notes dansantes poursuit dans l'album magnifique Strawberry Cactuses qui paraîtra le 21 janvier 2022.
Jason signe un disque sculpté d'indie-pop alternative, sixties aux accents psychédéliques et garage ravageurs. Le maestro de la composition ne s'en tient pas qu'à écrire ses partitions. Il les chante et les brode en jouant tous les instruments. Pour le mixage du son, ses acolytes Grant Wicks et Henning Ohlenbusch ont participé au jeu des manettes.

Les dix titres sont fabuleux. Peaufinés dans le moindre détail, je relève en premier l'hommage à Paul Belmondo dans le titre Toughen Up, la basse royale sur You Better Believe It. Romantique et souriant, le tempo sautille et alterne, plein de relief, avec du clap-hands, du piano boogie, des choeurs enchanteurs. Langoureux et taquin avec l'orgue Hammond et la guitare, Are you the One, évoque l'effet magique de la musique sur les sentiments.

Après le style galopant de Whatever You Have To Tell Yourself, le brillant Mr Star montre le talent de Jason pour cuisiner un air pop parfait. L'esprit rock bondit aux oreilles sur la demande en mariage de Come On Baby quand le clavier et la basse se promènent en jeu de bascule amusant sur l'excellent Where Are My Friends?, le dernier morceau Doris, We Love You trottine avec grâce et majesté.
Le disque Strawberry Cactuses est entièrement somptueux, bondé d'harmonies et d'instrumentations généreuses. Jason Bourgeois, toujours inspiré et positif, est un astre pop qui mérite toutes les attentions.

JasonBourgeois

Posté par marieagneshalle à 08:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


20 décembre 2021

Alexander Faem

Alexander Faem est un artiste musicien et interprète parisien qui œuvre pour la pop française depuis ses débuts dans le groupe Gulcher en 2005.

En solo dès 2009, Alexander offre de l’élégance et de la classe en barre avec son opus Agent 238. Auteur-compositeur et producteur de l‘album qu'il signe sur son propre label Chantage Records, il nous convie à découvrir l’histoire de Nils Durieux et Deborah Lane, couple d’agents secrets qui part à la recherche de l'Agent 238, mystérieusement disparu.

Alexander Faem modèle l'histoire, la met en scène musicalement, décide et creuse magnifiquement son sillon en arrangeant les instrumentations et les voix avec beaucoup style. De L’Agent 238 a disparu à Fondu au noir, on suit le cours du film, on embarque dans l’aventure secrète de Nils et Deborah via Leningrad, l’Everest, la Somalie, l' Italie, Shangaï, sur des bruitages étudiés de conversations téléphoniques, de trains, d’avions etc. La puissance des cordes, des rythmiques et percussions de Julien Curé, les textes formidablement poétiques et riches dictent un scénario à l'imagination.

Les images fusent, des indices dessinent les protagonistes. Les accords pop des violons, du piano , du clavecin acidulé, puis du mélodica, entraînent dans l’univers de Nils et Deborah, dans ce face à face élite d'agents doubles. Au fur et à mesure de l’écoute on déchiffre les codes et de titres en titres, c’est éclectique, surprenant, la guitare électrique égrène chaque note comme pour délivrer un indice et fait corps avec le swing d’Alexander, excellent virtuose qui sollicite le suspens en pinçant ses cordes de basse avec dextérité.
Le tandem vocal très classe de Clara Enghoff avec Alexander Faem fonctionne à merveille.

Le flamboyant Alexander Faem poursuit la conquête de nos oreilles en 2012 avec le second disque Bataille Royale. Le disque est aussi solide que sensible, contenant l'univers littéraire, historique et chevaleresque de l'auteur-compositeur.
On voyage dans le temps et dans l'espace, de Walpurgis à la côte d'albâtre, les titres Orthodoxie, Petit personnel ou La petite robe noire sont de perpétuels bijoux pop.
En 2015 arrive le troisième brillant volet O'Cangaceiro est rythmé, mélodieux et exotique, d'aussi brillante teneur pop avec ce sentiment d'évasion chevillé et un très beau duo avec Adrienne Pauly.
En 2018, en duo avec Clément Juttel, Alexander Faem forme le nouveau projet The Gallant Club et ensemble, ils signent un superbe album aux allures brit-pop des années 80 à découvrir absolument.

Cet été 2021, le maestro Faem opère un duo dans la composition avec Nicolas Leoni, qui étant plus dans le domaine du jazz, s'exerce ici à l'électro pop avec talent en écrivant la musique. L'ambiance musicale et lyrique y est moderne, contemporaine, dans la veine musicale de Bertrand Burgalat. Alexander sur ce nouvel album Les temps modernes paru le 19 septembre 2021 est à l'écriture. Aussi généreux en thèmes et inspirés de l'époque actuelle, les textes ont un profil cinématique, parfois nostalgique, orné de références littéraires, chères à Alexander Faem.
Décrivant la vie sans relief d'un employé cadre, à Paris, qui donne du sel à son existence en ayant une maîtresse et imaginant une autre vie devant son écran. Le voyage ici est de mise avec l'excellent titre Oklahoma et le tendre Lettre à Kafka.
Signé chez l'excellent label rouennais Martyrs of Pop, dirigé par Jean-Emmanuel Deluxe, Alexander Faem n'oublie pas la côte d' albâtre ni la Normandie qu'il aime en tournant la vidéo du titre Nous n'avions pas trente ans à Dieppe.

AlexanderFaem


Posté par marieagneshalle à 19:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 décembre 2021

Phoebe Atkey

Phoebe Atkey est une dessinatrice et illustratrice anglaise. Née à Bournemouth en 1997, elle dessine depuis qu'elle a appris à tenir un crayon et du temps consacré avec patience et sagesse, (qualités compatibles avec l'enfance mais oubliées), naît chez la très jeune fille un réel don.

C'est à six ans qu'elle commence ses croquis et dix ans plus tard, en 2013, alors que les dessinateurs se reposent sur les systèmes numériques pour créer un dessin (sans trop leur prêter un crayon et leur demander "dessine moi un mouton"..), Phoebe Atkey, elle, à la main levée, reproduit Notre-Dame de Paris et de Strasbourg.

Elle a 16 ans quand elle partage son hobby sur les supports des réseaux sociaux. Aussitôt, elle gagne des centaines de milliers d'admirateurs, de contacts de professionnels. Le succès est tel qu'elle songe, malgré son humilité personnelle, à protéger son travail éblouissant en créant sa propre société.

Admiratrice de Beatrix Potter et de Raymond Briggs, jamais elle n'avait songé à faire carrière dans l'art. Dessiner était alors pour elle un 'passe-temps' et n'envisageait même pas des études dans les arts.

Phoebe aime particulièrement l'architecture et le Moyen-âge. Elle porte aussi son intérêt sur les gravures de botanique victorienne et se plonge volontiers dans l'univers du peintre Pierre-Joseph Redouté (connu comme le meilleur aquarelliste de roses, il est surnommé le "Raphaël des fleurs", en 1788 la Reine de France Marie-Antoinette devient sa protectrice).

Phoebe se consacre au sujet qui l'anime par-dessus les autres : l'architecture. Avec une concentration hors norme et une dextérité singulière, elle reproduit des monuments Roman, Gothique, Renaissance, des centres villes historiques, des châteaux... De Paris à Édimbourg, du Dorset à York, aucun détail n'échappe à son œil ni à ses mines. Non impressionnée par la charge de travail et d'heures, elle reste fidèle à ce qui est esthétiquement supérieur et beau.

Aujourd'hui à la tête de sa société de design, elle ne conçoit pas d'utiliser son temps (précieux à voir le temps nécessaire à ses illustrations) à faire autre chose qu'être devant sa table d'architecte. Pour la gestion et l'administratif, elle délègue. Elle reçoit désormais des commandes de clients du monde entier et peut ainsi continuer à croquer ses chefs-d'œuvre monumentaux.
Phoebe Atkey est une grande et réelle artiste.

PhoebeAtkey


Posté par marieagneshalle à 16:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 décembre 2021

Compilation de Noël 2021

Comme tous les ans depuis 15 ans, j'offre ma traditionnelle compilation de Noël.
Je vous souhaite un très beau et joyeux Noël à tous !!!


Maryse Letarte. La Parade. 2015

Braden Blake. Satin Bows (and arrows). Novembre 2021

Spearmint. Santa Lives In My Building. 26 novembre 2021

Margo Guryan. I Don't Intend to Spend Christmas Without You (Écrite pour Claudine Longet). 1968.

David Newton & Thee Mighty Angels. Winter Tragedy. 3 décembre 2021

The Caraway. Another Christmas Will Come Around This Year. 3 novembre 2021

Jake Bellissimo. Jolly Old Saint Nick.
21 décembre 2019.

Nik Greeley. Have a Funky Little Christmas. 20 décembre 2020.

The Fisherman and his Soul. Santa's bat.
28 novembre 2021.

The Hannah Barberas. Winter EP.
3 décembre 2021.

Aeseaes. Auld Lang Syne.
3 décembre 2021.

Kathryn Williams. Midnight Chorus.
3 décembre 2021.

Dédiée à notre amie, mon amie, Margo Guryan qui nous a quittés le 8 novembre 2021.

Posté par marieagneshalle à 19:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 décembre 2021

C Duncan

C Duncan est le nom d'artiste de l'écossais Christopher Duncan. Il est âgé de 27 ans quand il signe son premier album en 2015, Architect, qui suit le succès du single For paru en 2014. Le jeune musicien de Glasgow est nominé au Mercury Music Prize pour le meilleur album de l'année.
Né de l'union de ses parents musiciens d'orchestre classique, l'adolescent apprend à jouer de la guitare, de la batterie et de la basse avant de devenir étudiant au sein du Royal Conservatoire of Scotland.

Les compositions de C Duncan sont concoctées avec imagination et talent liés au savoir-faire et à la réelle connaissance de la musique. Elles balaient et explorent divers styles comme la dream-pop, l'électro-pop avec une griffe mellow et romantique. Le résultat : de la pop dansante et fleurie de chœurs angéliques amalgamés à des accords dreamy parfois organiques et alternatifs.

Il y a des arrangements sunshine pop et psychédéliques sur He Believes in Miracles et Garden, morceaux pleins de lumière et de légèreté. Garden évoque l'amour pour le jardin de C Duncan mais aussi sa motivation et son inspiration véhémente à ce point de l'élaboration de l'album. Here to There poursuit dans le catalogue romantique avec ses voix rayonnantes, ses guitares galopantes, son tempo rond. La version en français, Ici à là, est splendide de charme.

Les airs joviaux et gais, sont inspirés de l'intérêt que porte Christopher aux années 50 et en particulier à Doris Day ou June Christy. By et New Water qui enchainent sont plus ténébreux et nostalgiques. Novices qui accueille des instruments à cordes, toujours dans l'esprit du voyage, parle ici d'un couple prenant la fuite, offrant dans le chant magnifique et la basse, une cadence qui donne forme à la dérobade. Terminant Architect avec As Sleeping Stones aux allures fort écossaises, I'll Be Gone By Winter, est sublimement réalisé pour symboliser un Au Revoir.

Depuis The Midnight Sun paru en 2016, l’artiste écossais à l’oreille absolue et aux talents techniques alliés à une imagination fournie nous revient le mois de mars 2019 pour délivrer le somptueux Health.

L’album est mis en lumière par le producteur et membre du groupe Elbow Craig Potter, qui a peaufiné également les albums de Steve Mason, Editors et I am Kloot. Tandis que Christopher Duncan assure le piano, la basse et les guitares, Liam Chapman est à la batterie et Janina Duncan ajoute du violon alto. Le disque accueille aussi les musiciens du Hallé Orchestra et son Hallé Youth Choir, fameux orchestre de Manchester crée par Sir Charles Hallé en 1848.

Health lance la cavalerie rythmée de boules à facettes disco avec Talk Talk Talk et ses arrangements florissants, et entraînants pour évoquer une histoire sentimentale prégnante et stérile. Le tempo se fait plus moelleux et rétro sur Wrong Side of the Door effleurant l’inévitable rupture. Les harmonies forment comme une trame de film des années soixante, parfumées à la gomina, autant cousues d’or que le modernisme électronique comme sur Impossible et ses violons qui galopent.

Puis He came From the Sun arrive comme une météorite mélodieuse qui subjugue de finesse et de verticalité. Ses mots colorés et spirituels sont déposés sur les partitions pop avant que l’âme boogie de Holiday Home déménage et mue en rock. Le chant cristallin de C Duncan est un bonbon sonore qui glisse sur les notes limpides. Puis Health entre dans le bal avec ses touches de piano qui alimentent l’essence du texte profond et grave. Somebody Else’s Home continue dans le genre groovy mais aussi avec le style jazzy de Blasé qui coupe et tranche comme il se doit ‘If you don't like what I came here to say, Do me a favour and turn the other way’. Les arrangements de cordes sont élégants et épiques.

Quand joue Reverie, deuxième petite bombe à mes oreilles, majestueuse dans ses atours lyriques, elle marie les instrumentations et les chœurs au grain de voix de C Duncan. Le rythme de Pulses & Rain fait rayonner le don de C Duncan, celui qui mélange classicisme et pop-electro. L'ambiance disco de Stuck Here With You remémore les thèmes du fief et de l’exil.

Care, tout en grâce avec le Hallé Youth Choir, gagne refuge dans les cœurs. Ce titre d’une douceur infinie boucle l'oeuvre d’un grand musicien, qui croque son époque tout en la nourrissant de la musique du passé pour nous envoyer une carte postale musicale d'un autre temps. Health, cadeau passionnant, est obligatoire dans une digne discographie.

La pochette est une peinture de David Hockney auquel C Duncan, également peintre, est sensible : "Je souhaitais que l’œuvre ait une apparence « saine » : très légère, fraiche et naturelle. Pourtant, il y a un vide étrange dans ces peintures, ce qui est également audible dans la musique, qui est claire et aérienne en surface, et marqué par une noirceur plus nette en profondeur".

En novembre 2021, C Duncan continue son aventure pour notre plaisir constant en offrant le nouveau titre Alluvium.
En attendant un album en préparation qui paraîtra en 2022, et de voir jouer le prince écossais de l'indie-pop sur scène le 11 décembre prochain à l'Union Chapel, à Londres, Alluvium nous embarque dans un voyage musical réussi. La poésie des éléments naturels est une allégorie pour nous rappeler que les changements, petits ou grands, sont bons et permettent d'avancer.

CDuncan

Posté par marieagneshalle à 14:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 novembre 2021

Sally Seltmann

Sally Mary Russell est une auteur, compositeur, interprète australienne qui se produit de 2000 à 2009 sous son nom d’artiste New Buffalo. Sally Mary Seltmann tombe dans la marmite de l’indie-pop en 1992, monte son premier projet power pop Lustre 4, rencontre Ben Lee lors d’une soirée anniversaire ( étant nés tous deux le 11 septembre), participe à l’écriture de chansons pour le groupe Bowers jusqu’à ce qu’elle se lance en solo avec New Buffalo.

Elle écrit, arrange et produit son opus The Last beautiful Day puis son album sophomore Somewhere, Anywhere en 2007, année durant laquelle ce disque est nominé aux ARIA Music Awards, tandis qu’elle remporte parallèlement un franc succès avec son titre 1234 co-écrit avec Feist.

C'est en 1999 qu'elle rencontre Darren Seltmann, leader du groupe The Avalanches, pour qui elle chante dès leur premier album Since I left You. Contrairement au titre, ils ne se quittent plus et se marient en 2003. New Buffalo devient simplement Sally Seltmann, qui devient maman d’une petite Judy et continue d'être prolifique, douée et inspirée.

Le 21 octobre 2021, le couple Darren et Sally Seltmann sont nommés à l'ARIA Award (Award australien) pour la meilleure musique de la série The Letdown (saisons 1 et 2) et signent ensemble le 24 octobre le superbe Rise up Song à l'âme sixties.


Coup d'oeil dans le rétroviseur
:

Insatiable, la demoiselle travaille sans relâche et ses amitiés pop l’amènent à chanter en 2005 avec le suédois Jens Lekman, avec Feist, signe une superbe reprise de Crowded House, met en place en 2011 un nouveau un trio de filles, Seeker Lover Keeper, avec Sarah Blasko et Holly Throsby, écrit et chante avec Architecture in Helsinki ou encore Broken Social Scene. En 2010, les mélodies pop, le chant sucré, les textes poétiques signés cette fois de son nom Sally Seltmann reviennent sur l’album de 12 titres Heart that’s Pounding où l’on retrouve Mark Monnone des Lucksmiths aux percussions sur Dream About Changing (percussions maison puisqu’il se claque le derrière...oui oui, Mark fait la rythmique en se fessant!). Le disque compte la participation de Jens Lekman, Ned Collette, Gus Franklin des Architecture in Helsinki et son mari Darren.

Tandis qu’elle part en tournée en 2012 avec Bon Iver, elle crée un nouveau projet et album Alphabet Botanical, comprenant des duos avec Ben Lee et Bon Iver. Magnifiques et mélodieuses, les pépites pop que sait si bien inventer Sally Seltmann sont folk electro et chamber-pop.

Le second album de 2012 signé Sally Seltmann, Hey Daydreamer, offre pour la première fois l'apparition de sa fille Judy aux synthétiseurs, batterie et aux percussions pendant que Darren est aux commandes : producteur, arrangeur et à la programmation. Sally compose les 11 morceaux, orchestrés avec une pluie d'instruments. Il y a donc, de la harpe, de la clarinette, du saxophone, de l'orgue, du trombone, de la trompette, de la flûte, et la musicienne assure elle- même et arrange parfois aussi seule la batterie, les guitares, le piano, mélodica, la basse et quelques claviers, en bonus du chant toujours merveilleux et raffiné. Ses textes truculents dans une veine narrative ou intimiste nous embarquent facilement, collent le sourire aux lèvres. L'auteur a de l'humour. Sa fantaisie resplendit dans ses textes sagaces pour créer des ambiances, peindre des décors comme sur Billy avec sa virevoltante rythmique.

Sally assure des tournées jusqu'en 2014 tout en composant et honorant avec son mari la commande de la bande musicale The Letdown. Le titre Dancing in the Darkness sera utilisé pour la scène phare de la série.

En 2017, la musicienne ne freine pas son rythme de travail en parachevant son livre. Car dévoilant une autre corde à son arc, Sally Seltmann écrit et signe son premier roman en 2018, Lovesome, qui récolte des récompenses, divers prix de la littérature australienne. Son récit évoque la vie d'une jeune femme dans les années 90 qui travaille comme serveuse dans un restaurant français de Sydney pour gagner sa vie. Travaillant la nuit, elle pratique sa passion le jour : elle peint. Plein d'humour et d'énergie, le romantisme des pages invite à redécouvrir l'usage des cabines téléphoniques et des magasins de disques du siècle dernier avec une belle joie de vivre reflétant parfaitement la riche personnalité de Sally Seltmann.

SallySeltmann


Posté par marieagneshalle à 12:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :